[Eclairagiste de spectacle]

François-Eric Valentin - Lumière pour le spectacle: Stages d'initiation Eclairagiste de Spectacle et Théâtre


Stage d'initiation de création de lumière


Création site Internet pas cher Paris par Netalapage


Créateur de lumière - François-Eric Valentin

Aspirés par sa douleur
que dirige le soleil,
qui rend frères les pays à la parole de midi d’un
lointain aimant. »
Paul Celan La Rose de Personne


 

Télécharger l'essai complet

« L'art pour Michèle Katz ne peut être formel ou seulement esthétique : il est maintenant éthique. Toute image peut devenir « de voyeur » ou « image-regard », selon que le spectateur devient l’un ou l’autre.

Le spectateur comprendra dans la performance de la Maison des Métallos qu’il participe à un ensemble, et que chacun y a la place qu’il se fabrique, question de libre arbitre et de responsabilité.

Il se posera peut-être la question du « d’où je parle et où je suis ».


 

Créateur de lumière - François-Eric Valentin


 

La disparition, le vide, que va-t-il créer ? »

Habituellement, dans sa confrontation avec une œuvre d’art qu’il découvre, le spectateur est seul, se retrouvant en contact direct, sans intermédiaire entre lui et ce que l’artiste a cherché à lui dire ou faire sentir. Aucun intermédiaire ne vient perturber ou modifier le contact qui se crée avec la peinture. Du moins le croît-il.

Et pourtant, sans que le spectateur y prenne garde, que ce soit dans un musée ou dans un lieu privé, la lumière qui environne à la fois le tableau et le spectateur, influe sur la perception de l’un par l’autre, sur la forme comme sur ce qu’elle entraîne pour la connaissance des volontés du peintre.

Depuis longtemps, le travail de Michèle Katz met en jeu un double regard : un ensemble de couleurs déposées sur un support, face à l’idée que le temps modifie le souvenir ou la mémoire du passé.

C’est pourquoi, dans l’aventure de la Maison des Métallos, Michèle Katz a demandé à un éclairagiste de concevoir un système lumineux coloré qui permettra, en jouant sur les couleurs primaires, rouge, vert, bleu, (primaires de la lumière) dans des effets temporisés, de faire apparaître ou disparaître, certaines taches posées sur la toile, recréant ainsi un temps accéléré, comparable à celui de la mémoire. Aiguisant en même temps le regard du spectateur, et modifiant sa perception des couleurs et donc des idées.

Puisque les bourreaux nazis avaient inventé une nouvelle manière de faire disparaître leurs ennemis, en les réduisant en fumée et en poussière, il sera intéressant, dans la performance réalisée à la Maison des Métallos, de voir comment certaines couleurs-lumière peuvent modifier ou annihiler certaines couleurs-matière. Comment le cyan fera disparaître le rouge, le transformant en noir, mais aussi comment un rouge-lumière fera disparaître un rouge-matière en le dissolvant dans une surface blanche devenue elle-même rouge sang.

D’autre part, la disposition des projecteurs projettera l’ombre mouvante des spectateurs, elle aussi colorée, sur la toile, parmi les corps immobiles ( ?) des disparus évoqués. Mise en abîme du spectateur qui ainsi fait partie du présent en même temps que du passé.


 

Créateur de lumière - François-Eric Valentin


 

Comment la lumière modifie la perception de la toile exposée

François-Éric Valentin est concepteur lumière depuis plus de trente années au cours desquelles il a créé des conduites lumières pour des metteurs en scène, des chorégraphes et des chanteurs. Habitué à réfléchir sur les rapports entre la lumière et les autres partenaires du spectacle, FEV a été rapidement conduit à animer des stages de formation, puis à écrire trois livres (voir bibliographie en fin de texte) dont Lumière pour le spectacle, devenu référence pour les jeunes éclairagistes désireux de s’initier aux secrets du métier.

Mais FEV a aussi fait bouger la lumière autour des performances musicales et théâtrales de la pianiste Anne-Marie Fijal, jouant sur l’espace et le temps, pour modifier la perception que l’auditeur du piano pouvait avoir de la musique. C’est à travers ce travail avec Anne Marie Fijal que FEV a rencontré Michèle Katz qui lui demande de créer la lumière d’une première performance au Moulin d’Andé autour de Paul Celan, puis celle de la performance de la Maison des Métallos.

Dans cette performance, il s’agit d’abord d’éclairer une toile de dix mètres de long en lumière blanche pour que les visiteurs en analysent précisément les éléments, et en perçoivent chacun individuellement une émotion liée au sens profond de la disparition, puisque les morceaux de corps renvoient à un passé proche, qui parle aux hommes d’aujourd’hui. D’où une lumière blanche, réalisée par un travail de synthèse additive (voir la première partie) l’alliance de faisceaux bleus, rouges et verts produisant la lumière nécessaire, à certains moments, pour voir distinctement tous les éléments colorés peint par Michèle Katz. Mais une conduite temporisée, faisant donc intervenir le facteur Temps doit effacer certaines couleurs d’abord dans la lumière et par conséquent sur la toile ; la synthèse soustractive faisant par exemple disparaître les éléments rouges dans une lumière bleue ou verte. Notion de temps et idée de disparition rejoignent ici les thèmes de Paul Celan dont on entendra la voix pendant la performance. Paul Celan dont deux citations ouvrent ces lignes, liant ensemble trois idées : la lumière, la souffrance et la transmission. « L’étoile plus claire, et la lampe Naine sont reflétées… » ou « sa douleur que dirige le soleil. »

Mais la lumière ajoute, au travail de la couleur, l’idée de direction, par la place des projecteurs : en plus de ceux qui, suspendus dans la structure, créent le chemin des visiteurs, ceux qui éclairent la toile sont placés en rasant, directement sur le sol, pour projeter l’ombre des spectateurs sur la toile, au milieu des corps disparus. Ces ombres ne sont pas noires, mais colorées, comme les éléments peints sur la toile, et au milieu d’eux, pour montrer que passé et présent peuvent se confondre, en nous et en dehors de nous. L’apparition d’un effet dans la conduite fera apparaître certaines ombres et disparaître certains éléments de la toile, alors que l’effet suivant créera exactement l’effet inverse, mêlant passé et présent en un mouvement incessant. Et sans que l’on puisse savoir quelle est la réalité exacte de l’œuvre vue à chaque instant.

Nous souhaitons que le visiteur puisse sortir de ce parcours, riche autant d’une émotion due à une perception personnelle et intérieure du passé que d’une ouverture sur la lumière. Et ces pages ne reflètent que notre envie de faire comprendre combien la lumière peut modifier, en douceur et insidieusement, par sa magie propre comme en fonction du désir celui qui la manipule, la perception que chacun a de son environnement, environnement qu’elle peut montrer tour à tour signifiant ou absurde, au sens camusien, mais aussi ignoble ou merveilleux.


François-Eric Valentin


Lumière pour le spectacle



CV:  CV Français  CV in English  Lebenslauf in Deutsch  cv photo

Création site Internet:
Netalapage

photos:

© Bruno Vallet + DR